Séisme électoral en Serbie: Victoire du nationaliste Nikolić à la présidentielle

Publié le par ya-du-monde-aux-balkans

357083-toma-nikolic-01-beta.jpg
 
Un séisme, c'est ainsi qu'est décrite par les médias la victoire de Tomislav Nikolić aux élections présidentielles qui se sont déroulées hier en Serbie.
Un séisme, car quelques heures avant le scrutin, c'est le président sortant Boris Tadić qui était donné largement vainqueur par les instituts de sondages.
Finalement, l'outsider remporta les élections avec une maigre avance puisque d'après la commission électorale, il aurait recueilli 50,21 % des suffrages.
Cette victoire surprise de Nikolić créa un véritable raz de marée non seulement en Serbie, mais aussi dans les pays alentour et au sein des puissances occidentales.

Revenons un peu à la biographie du personnage...

Tomislav Nikolić est né le 15 février 1952 à Kragujevac en Serbie centrale.
Sa carrière politique débute véritablement lorsqu'il forme avec Vojislav Seselj (actuellement inculpé de crimes contre l'humanité et de crimes de guerres par le Tribunal Pénal international), à la date du 23 février 1991 le parti radical serbe duquel il sera vice-président jusqu'en 2006 date à laquelle il démissionne des ses fonctions pour créer le parti progressiste serbe.


Il fut aussi vice-président du gouvernement serbe en 1998 puis vice-président du gouvernement fédéral de la République fédérale de Yougoslavie jusqu'en 2000 durant le mandat de Slobadan Milosević, en pleine guerre du Kosovo.

Voilà pour la présentation du personnage, pour la plupart des médias cela risque de modifier l'équilibre géopolitique dans les Balkans.

Selon les médias occidentaux, son élection pourrait changer la donne quant à l'adhésion à l'Union Européenne initiée par son prédécesseur Boris Tadićmais aussi l'avenir du Kosovo.
D'ailleurs, le New York Times estime que Nikolić est un nationaliste et un superviseur de cimetière, et que la Serbie pourrait se détourner de l'Europe pour se rapprocher des positions russes.Cependant, du côté officiel, un certain nombre de dirigeants européens saluent sa victoire et espèrent que son élection ne modifiera pas les objectifs de la Serbie concernant l'adhésion à l'Union Européenne, alors que Nikolić a déclaré après son élection que "la Serbie ne renoncerait pas à la voie européenne". 

Du coté de Zagreb, capitale de la Croatie et futur membre de l'union européenne, mais aussi acteur des guerres de Yougoslavie contre la Serbie, on est beaucoup plus prudent.
Žarko Puhovski, analyste politique croate estime que l'élection de Nikolić pourrait "ralentir le rythme" des relations, voir même entrainer une détérioration des relations croato-serbes car le passé le nouveau président serbe aurait eu "des déclarations désagréables concernant les intérêts nationaux croates".

Il n'y a que du côté de Pristina, capitale du Kosovo, que l'on se réjouit de la victoire de Nikolić.
En effet, d'après les médias de Pristina la victoire de Nikolić est "un retour en arrière" et "une chance pour le Kosovo".
Le journal "La voix" est "dans l'expectative de constater si Nikolić tiendra sa promesse de ne pas reconnaitre les accords précédemment conclus avec Pristina".
Toujours d'après "La voix" : "les discussions ne se tiendront plus à un niveau technique, mais à un niveau politique, et c'est ici que se trouve la chance du Kosovo, car les centres de décisions connaissent son passé nationaliste et insisteront pour que soit accompli ce qui a été convenu".

Il est encore trop tôt pour savoir ce que changera réellement l'élection inattendue de Tomislav Nikolić au poste de Président de la République de Serbie, n'oublions pas que l'ivresse du pouvoir peut faire changer un homme et que les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.
Néanmoins, cela semble assez mal se présager pour l'avenir de la Serbie.
Je vous laisse sur cette note musicale du parti progressiste serbe fêtant sa victoire.
 
Tomislav Nikolic, Boris Tadic ,Serbie, présidentielle, 2012

Commenter cet article